Accueil > Coup de cœur > Thérapie de Sebastian Fitzek

Thérapie de Sebastian Fitzek

Bonsoir à tous en cette heure tardive. Et oui, car au moment où j’écris cet article, il est presque une heure du matin… C’est vous dire à quel point le livre que je viens de lire m’a gardé comme otage jusqu’à la fin.

Comme je vous l’ai dit plus haut, il m’a été impossible de me détacher de Thérapie écrit par Sebastian Fitzek que j’ai commencé vers 21 heures. C’est simple, c’est le premier roman que je lis d’une traite depuis au moins 4 ans…

Je ne m’attarderai pas sur un résumé, je vous laisse juger du quatrième de couverture : « Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît.Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux.Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette souffrant d’un mal étrange, qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire. »

Pour une fois il n’en dit pas trop, ce qui est rare de nos jours…

Malgré tout, je suis mitigé. L’auteur que je suis jugera que garder un lecteur qui doit se lever tôt le lendemain (comme c’est mon cas), accroché à son roman jusqu’à la fin, relève du miracle, seuls les plus grands y arrivent. Mais en mettant en place une conclusion comme celle-ci, il s’attire immanquablement les foudres de lecteurs déçus.

Effectivement, avec un chef d’oeuvre de suspense tel que celui-ci, on s’attend à une fin monumentale (en gros il est victime de son succès). Ce qui n’est malheureusement pas le cas ici, principalement à cause de l’écriture qui peut être jugée brouillonne durant les vingt, trente dernières pages, enfin, en tout cas largement moins fluide qu’auparavant dans le roman. En tant qu’écrivain, je sais reconnaître une fin qui aurait pu être mieux tournée (enfin chez les autres en tout cas…), et c’est le cas ici.

Mais cela ne doit pas vous empêcher de lire ce thriller, qui est, dès aujourd’hui, classé dans ma catégorie coups de coeur.
Je ne vais donc pas vous en dire plus et je vous somme de l’acheter, car la maîtrise d’écriture dont a fait preuve l’auteur m’a tout simplement bluffé !

8.5/10

Publicités
  1. Ems
    décembre 6, 2012 à 12:05

    Ca donne envie! je cours le trouver 🙂

    • décembre 6, 2012 à 8:45

      C’est le but de ces articles. Bonne lecture alors ;).

  2. février 28, 2013 à 10:49

    C’est un thriller plutôt efficace, mais quand même un peu tiré par les cheveux. Pas mal mais pas inoubliable.

    • février 28, 2013 à 11:53

      Oui effectivement, la fin est un peu brouillonne et certains choix du scénario ne sont pas toujours bien expliqués ou même justifiés, mais ça n’en reste que pour moi, il maîtrise tellement bien la distillation du suspense que ça m’a vraiment poussé à le considéré comme un excellent livre.
      Après, j’ai lu « Ne les crois pas » du même auteur et je n’y ai pas retrouvé ce qui avait fait le sel de Thérapie. Peut-être par ce que je connaissais déjà les ficelles de l’auteur ?
      Enfin, je viens de m’acheter « Le briseur d’âme » donc je vais bien voir si l’auteur vaut réellement le coup ou si c’était juste son premier livre qui m’a mis une claque.

  1. septembre 15, 2013 à 5:47

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :