Archive

Posts Tagged ‘chronique’

Le Briseur d’âme de Sebastian Fitzek

septembre 15, 2013 Laisser un commentaire

Bonsoir à tous,

Je vais vous parler maintenant de mon dernier coup de cœur, un bouquin écrit par le romancier Sebastian Fitzek, un maître du thriller et de la mise en place d’intrigues originales.
J’ai été bluffé par son écriture qui est fluide à nous faire oublier qu’on est en train de lire, par ses personnages tous plus vivants les uns que les autres, mais aussi par la manière dont c’est raconté et comment c’est si bien pensé de A à Z…

C’est aussi simple que ça, ce livre est un chef-d’oeuvre, pas une seule fois je n’ai découvert d’éléments de l’intrigue avant de les lire, et j’ai été scotché au bouquin jusqu’à la fin qui clot magistralement ce sublime roman.

Malheureusement, je n’ai pas grand-chose à dire de plus, si ce n’est que de livre en livre cet auteur devient pour moi un incontournable dans le monde des écrivains de thriller et que passer à côté serait une bien belle erreur.
Peut-être le livre a-t-il des défauts, mais là n’est pas la question, car j’ai passé un tellement bon moment, ressenti tellement d’émotions qu’il m’est impossible de les voir, ces fameux défauts, même si j’imagine qu’ils me viendront par la suite.

C’est pour cela que je rédige cette critique environ dix minutes après avoir terminé ce livre, car malgré mes choix drastiques en terme de lectures, rares sont les auteurs à me mettre autant sens dessus dessous. Et à y réussir deux fois en plus, car j’avais déjà chroniqué un de ses livres : Thérapie qui m’avait scotché, mais pas autant que cette fois-ci quand même.
Si je vous parle de Thérapie, c’est pour que vous lisiez ma chronique si ce n’est pas déjà fait vil visiteur, gare à vous ! Mais aussi car quelques références à ce premier livre se trouvent dans Le Briseur d’âmes. De cette manière, vous saurez que si vous désirez les lire, c’est mieux de commencer par Thérapie, comme il est toujours mieux de lire les romans d’un auteur dans l’ordre où il les a écrits de toute manière.

Bon bah, ma chronique est terminée et elle s’est écrite toute seule en plus !

10/10

À lire absolument !

Fondation d’Isaac Asimov

Alors aujourd’hui, je m’attaque à un monument de la Science-Fiction : le cycle de Fondation et plus particulièrement le premier épisode, que j’ai fini il y a quelques semaines.

Je vous passe le quatrième de couverture, car je ne l’ai moi-même pas lu. En général, je les lis rarement, mais dans ce cas-là, je savais que je devais attaquer ce cycle, alors autant ne rien se spoiler et commencer directement dans le vif du sujet.

Je vous le dis tout de suite, ce livre est un chef-d’oeuvre, mais jusque-là, je ne vous apprends rien de plus que ce que vous pourrez lire ici et là sur la toile. Une chose m’a particulièrement plu dans ce livre, sans compter le style parfait et fluide qui fait toujours plaisir, c’est la facilité avec laquelle Monsieur Asimov nous plonge dans la vie de ses personnages. Je m’étais déjà fait la réflexion en lisant un recueil de nouvelles écrit par ses soins, mais là, c’est tout bonnement jubilatoire pour l’auteur de nouvelles que je suis.

Je vous explique.
La mise en place de cette histoire se fait sur au minimum un millénaire. C’est là qu’il met tout son talent en oeuvre, car en à peine une cinquantaine de pages, il crée et développe un ou plusieurs personnages principaux et quelques personnages secondaires toujours extrêmement fouillés, vivants et cohérents. À tel point que je considère ces personnages davantage travaillés en 60 pages, qu’au moins un bon tiers de ce que j’ai pu lire auparavant dans des romans. Puis, il passe à un autre moment historique de son cycle et ses nouveaux personnages deviennent au mieux des légendes, au pire des illustres inconnus dont aucun des nouveaux personnages n’a jamais entendu parler. Et donc, arriver en si peu de pages à nous intéresser à l’intrigue et aux personnages tout en réalisant une intrigue globale digne d’un chef d’oeuvre comme celui-ci tient de l’exploit. Je doute fort de retomber sur un livre de ce calibre de si tôt.

C’est donc un exemple pour le jeune auteur que je suis. Car je considère les personnages comme étant le point central d’une histoire et la seule raison valable qui pousse le lecteur à s’intéresser à l’intrigue.

Sans oublier tout le reste bien sûr… L’idée de l’intrigue, qui est juste géniale, la vision du genre humain, un livre écrit il y a des dizaines d’années, encore lisible de nos jours, sans qu’une seule phrase ne choque ou fasse tiquer (mis à part l’obsession du nucléaire qui devient de moins en moins d’actualité de nos jours).

10/10 donc !

Et un livre que je conseille à tout le monde !

Orson Scott Card : La stratégie Ender

décembre 19, 2012 2 commentaires

Bonsoir à tous.

Je viens de finir la Stratégie Ender d’Orson Scott Card, et je dois vous avouer que je n’en ai pas été déçu. Conseillé par un ami, je l’ai longtemps laissé dans ma bibliothèque avant de voir qu’une adaptation cinématographique était en cours. Je me suis donc rué sur le bouquin afin de le lire avant de me faire spoiler par les commentaires qui ne manqueront pas de fleurir sur internet à la sortie du film.

Couverture de la Stratégie Ender

Je n’ai qu’un mot à la bouche pour qualifier le livre, et il n’est pas très différent de ce qu’en disent les gens en général : chef d’oeuvre !
Oui ce livre est un chef d’oeuvre, moi qui d’habitude n’aime pas les livres avec un enfant en héros, je crois que je viens d’être réconcilié de force avec cela.
Cependant, le héros ne ressemble pas beaucoup à un garçon de son âge, c’est l’histoire qui veut ça, et c’est surement ce qui m’a permis de ne pas trouver le bouquin niais.

Alors, rapidement, je vous fais un résumé sans spoil afin que vous jugiez de l’intérêt de ce livre :

La guerre a éclaté il y a quelques dizaines d’années, non pas entre deux états, mais entre deux mondes. Celui des Doryphores, plus puissants et avancés, et celui des humains. Seul le talent stratégique d’un chef militaire hors du commun sauva l’espèce humaine. Mais une autre invasion se prépare et ce chef n’est plus.

Voilà pour résumer rapidement. Bien sûr, c’est classique de chez classique, mais bon, il l’a écrit y’a 20 ans, donc j’imagine que c’est plutôt les autres qui ont copiés et usés jusqu’à la moelle l’idée de l’invasion d’extraterrestres plus puissants.
Enfin, passons, car l’intérêt réel du live n’est pas pas là, il se trouve où vous ne l’attendez pas. Car c’est un livre avant tout porté sur l’humain et croyez moi, c’est criant de vérité.

Malheureusement je ne peux vous en dire plus sans que vous ayez envie de m’écorcher vif car je vous en aurais trop dit.
Donc si vous cherchez un livre qui vous empêche de le lâcher jusqu’à la fin, qui dépeint un monde cohérent, qui vous touche au plus profond de vous et qui se paye le luxe de vous apprendre deux trois « petites » choses, ce livre est fait pour vous ;).
Pour résumer, lisez le tous !

10/10