Archive

Posts Tagged ‘Nouvelle’

Comment lire un fichier Epub ?

novembre 4, 2013 Laisser un commentaire

Alors aujourd’hui, je vais expliquer comment acheter puis lire facilement un fichier Epub.
Mais certains se posent une question toute simple : un fichier Epub, c’est quoi déjà ?

quoi

Image piquée ici : « djums.blogvie.com »

Bah c’est simple. Le format Epub (et non pas le fichier, car là c’est plus général) est un format adapté aux liseuses et téléphones. Il peut être lu sur un ordinateur aussi, grâce à un logiciel, comme lorsqu’on lit des fichiers au format PDF par exemple (et d’ailleurs, pour les réfractaires au changement de format, Immatériel permet de télécharger en format PDF et Epub).

Plusieurs personnes m’ayant fait part de leurs mésaventures avec ce format, il devenait urgent d’en faire un article.

Tout d’abord, je vous invite à vous rendre sur ce site si vous voulez vous procurer une de mes œuvres (ce lien vous amène sur ma page auteur du site, mais bien entendu, vous pouvez naviguer normalement dessus et acheter d’autres œuvres, ou même regarder quels livres ou nouvelles sont proposés en téléchargement gratuit).
Alors pourquoi Immatériel ? Tout simplement par ce qu’ils ne mettent pas de DRM (Digital Rights Management) dans leurs œuvres et donc c’est ma bibliothèque numérique préférée et celle où j’achète tous les Ebook qui me font envie.

Une fois l’oeuvre en elle-même achetée, que devez-vous faire ? La lire, vous dirais-je, mais pour certains ce n’est pas si simple. Il vous faut donc un lecteur d’Epub.

adobe

Piqué ici : « astuciosites.fr »

Voici donc une image d’un lecteur Epub. Ici, c’est Adobe, que j’utilise sur mon ordinateur, mais ce n’est pas le seul.

D’autres sont disponibles, comme Calibre.

Ces lecteurs permettent de gérer une bibliothèque et de lire vos œuvres en réglant la taille de la police et bien d’autres options.

Mais passons, car l’intérêt du format Epub, et donc la raison de son existence, est qu’il permet de lire sur tablette et smartphone.
Une fois encore, c’est simple si vous avez acheté sur Amazon, iBookstore ou Kobo : il vous suffit de télécharger l’application correspondant au site où vous avez acheté ces œuvres (Kindle pour Amazon par exemple) pour ensuite vous connecter sur le compte avec lequel vous avez acheté ces oeuvres. Elles apparaîtront automatiquement dans votre bibliothèque et vous pourrez les lire facilement. Cependant, ces lecteurs et donc ces vendeurs ont chacun leur propre format propriétaire. Ce n’est pas le format Epub, mais un format un peu différent, en générale lisible uniquement sur leur application à eux.

Mais si comme moi vous n’avez pas envie de ne pouvoir lire vos livres qu’avec l’application du vendeur (sur tablette je le rappel), vous pouvez télécharger vos Epub sur le site d’Immatériel et ensuite utiliser une application comme Aldiko ou encore Moon+ Reader afin de lire les livres comme vous le feriez avec un lecteur PDF. Attention, n’oubliez pas que vous devez télécharger les Epub, puis indiquer à l’application où vous les avez stockés afin que cette dernière sache où chercher les fichiers et puisse les charger dans votre bibliothèque.

Deux petites images pour bien expliquer avec l’application Aldiko :

2013.11.04-15.40.18

2013.11.04-15.40.42

La seconde image correspond aux dossiers sur votre tablette. Une fois arrivé là, il vous suffit de trouver le dossier où sont stockés vos Epub, et de les sélectionner. Et voilà, vous avez terminé, votre lecteur aura chargé dans sa biblio les fichiers qu’il aura trouvé.
Sur certains lecteurs d’Epub, vous pouvez « programmer », en quelque sorte, la recherche de fichiers au démarrage de l’application, mais je ne l’ai pas vu pour Aldiko.

Les explications sur le format Epub sont donc terminées.
Si vous avez des questions, vous pouvez me contacter grâce à la page contact de mon site, ou en postant un commentaire.
Et si vous voulez vous entraîner, vous pouvez télécharger des œuvres gratuites, comme la nouvelle La Brigade des Loups que j’ai bien aimé, ou encore quelques nouvelles sur le site du Belial’.

Conseils pour écrire une nouvelle

mars 14, 2013 4 commentaires

N’écrivant presque que des nouvelles, je pense pouvoir donner mon point de vue sur la chose. C’est donc ce que je vais faire aujourd’hui.

Tout d’abord, je conseille de faire un brouillon. Même s’il n’est pas toujours nécessaire, c’est quand même mieux, surtout pour les nouvelles un peu longues (plus de cinq pages).
Personnellement, j’y note mes idées en vrac ainsi que la chute. Puis, une fois les meilleures retenues, je fais un mini plan pour l’intrigue et me voilà parti ! Parfois, je note aussi quelques traits bien spécifiques pour un ou plusieurs personnages de l’histoire. J’ai remarqué qu’il était plus facile d’insuffler de l’émotion en réfléchissant un peu aux personnages en amont, afin de justifier leurs choix et désirs.
Bon ça, c’est ce qu’il faut faire avant, mais parlons un peu de l’écriture en elle-même.

Un texte court, c’est de quelques signes jusqu’à 80 000 ou 100 000 signes avec espaces. Ensuite ça devient une novella ou un petit roman. Ces chiffres sont bien entendu à prendre avec des pincettes, car ils changent suivant les éditeurs, les auteurs ou toute autre personne ayant son avis sur la question… C’est juste pour vous donner une petite idée du truc.
Ensuite, il faut que ça pulse ! Pour l’instant, je n’ai jamais dépassé les 60 000 signes, ce qui fait environ 20 à 25 pages Word, et ça reste assez difficile de rendre le récit intéressant de bout en bout sur autant de pages. Car la nouvelle a ses propres codes :

  • Le plus important : peu de personnages, sinon le lecteur est embrouillé et il ne comprend plus rien. Sans compter qu’il faut quand même qu’il s’intéresse un peu à l’un d’entre eux. S’il y en a trop, il ne le fera pas…
  • Un autre, presque tout aussi important : la tension ne doit pas redescendre, une nouvelle se lit d’une traite normalement, c’est son format qui veut ça. Alors si vous perdez l’attention du lecteur, vous le perdez tout court généralement.
  • Le dernier : une fin réussie, moi je préfère une fin à chute, mais de très bonnes nouvelles n’en ont pas et parfois c’est pas plus mal. Mais en ce qui me concerne, je considère qu’une fin de nouvelle doit être exceptionnelle. Car le lecteur n’a pas le temps de vivre une grande épopée, ni de connaitre en détails les protagonistes, ni de s’intéresser réellement à l’intrigue , donc il lui faut quelque chose qui lui montre qu’il n’a pas lu tout ça pour rien. En général, une chute réussit plutôt bien à rendre le lecteur heureux, s’il ne l’a pas vu venir d’ailleurs, mais ça, c’est autre chose.

Donc la chute, dont j’ai oublié de parler plus en détail pendant mes explications sur le brouillon (honte à moi) doit être obligatoirement pensée avant de commencer l’intrigue. Même si parfois il m’arrive de commencer une nouvelle sans chute (très très rarement cependant), je galère largement plus à la trouver durant l’écriture, qu’avant. Parfois, ça vient pas et l’envie de commencer est la plus forte, il ne faut pas s’empêcher d’écrire, car j’ai trouvé une de mes meilleures chutes à quelques pages de la fin, donc bon, après, c’est aussi à vous de trouver votre manière de faire. Tant que vous avez des résultats.

Une fois le mot de fin posé, seulement 3/4 du travail est fait, il reste encore le plus rébarbatif : la correction… Il faut donc se relire, se corriger, traquer les répétitions, ainsi que les verbes faibles comme faire, avoir, être pour les remplacer par des synonymes. Cela vous demandera du temps ainsi qu’une bonne dose de courage. Pour m’aider dans cette tâche, j’utilise le logiciel Antidote qui est extrêmement bien fait et que je vous invite à essayer.

 ♦

Vous pourriez croire que vous en avez maintenant terminé, alalala, vous êtes bien naif. La dernière étape consiste à faire lire votre oeuvre nouvellement créée à des gens qui seront capables de vous sortir un avis sincère et constructif sur la question. Pour cela, vous pouvez demander à vos amis, votre famille. Mais pour avoir un avis réellement neutre, je vous conseille de trouver un forum d’entraide sur l’écriture, tel que  Cocyclics où d’autres auteurs, débutants ou non viendront corriger et relire votre texte afin de vous aider à vous améliorer. Pour y avoir été, je peux vous dire que la marge de progression est tout simplement hallucinante. Et donc une fois les relectures effectuées, vous allez de nouveau modifier votre texte en conséquence (oui je sais, c’est long…)

Je termine sur une phrase qui m’avait beaucoup plue sur un site d’auteur, je vais tenter de la réécrire correctement sans me tromper, mais ma mémoire me fait défaut :
« Maintenant que vous savez tout ça, oubliez tout et faites-le à votre propre sauce. » ==> Ce que j’avais compris à l’époque, c’est que vous devez trouver votre méthode, celle qui vous correspond et qui est obligatoirement différente de la mienne, car chaque auteur vous le dira, personne n’écrit de la même manière.

Voilà voilà, c’est terminé, j’espère que ce petit article vous aidera dans vos rédactions de nouvelles et en attendant, n’hésitez pas à aller voir mes autres articles sur l’écriture en général.

Un poisson nommé George

Bonsoir à tous,

Voila l’arrivée d’une nouvelle catégorie sur mon site : « Nouvelles gratuites », j’y posterai des nouvelles que j’aurai écrites dans le seul but d’être publié sur mon site. Car l’avantage du web c’est qu’il permet de proposer du contenu gratuitement, et ça, ça me plait ! Voici donc la première, celle qui inaugurera cette rubrique, que je viens de rédiger ce soir. Pour la petite histoire, cette nouvelle découle d’une idée qui nous est venue à moi et un ami (Jean pour ne pas le citer et ainsi lui rendre les honneurs qui lui sont dus) à 5 heures du matin, passablement éméchés, après une nuit agitée. J’espère que vous trouverez ce petit texte à votre goût, bonne lecture !

14804-poisson-rouge

Un poisson nommé George
par
Tom Khéfif

Cette matinée commençait admirablement bien pour Alain, c’était son seul jour de congé de la semaine. Chose rare, il n’avait aucun rendez-vous de prévu, ni d’obligation de quelque sorte que ce soit. Il allait pouvoir faire ce que bon lui semblait, et ce, toute la journée.
Il se leva doucement, ses yeux restant à demi-fermés jusqu’à qu’il atteigne ses toilettes. Sa petite histoire terminée, il alla allumer sa cafetière, puis ouvrir les volets. La lumière l’éblouissant comme à chaque fois qu’il y avait du soleil, il se mit la main devant les yeux et tout en restant dubitatif devant un panorama dont il ne se lassait pas, referma la fenêtre.
Sa maison se trouvait sur le flanc d’une vieille montagne de Lozère, un coin reculé de la France. Une cuvette s’étendait à ses pieds et un lac en occupait la majeure partie. Les pins et conifères bordant les deux rives étaient encore recouverts de neige, ajoutant une touche de carte postale à l’ensemble.
Sa cafetière toussotait. Il se détacha de la contemplation dans laquelle il s’était perdu et alla se servir une tasse. Puis, le café à la main, il se déplaça dans son salon pour aller voir son poisson rouge.

— Alors comment ça va ce matin mon vieux ?

Bien entendu, la seule réponse que George était capable de formuler consistait à tenter de sortir de l’eau en ouvrant et refermant la bouche pour réclamer à manger, le tout à une vitesse assez ahurissante. Son propriétaire laissa tomber quelques flocons d’aliment pour poisson dans l’aquarium hors de prix qu’il lui avait payé puis retourna à ses occupations.
Alors que la silhouette d’Alain s’effaçait lentement de sa vision, ce dernier se stoppa au moment même où George lui ordonna mentalement :

« Stop ! J’ai encore faim ! Reviens ! »

Dans un état second, tel un zombie, Alain revint devant l’aquarium et jeta quelques flocons de plus à son maître. Une fois sa tâche effectuée, Alain, redevenu lui-même se demanda tout haut pourquoi il était de retour devant son poisson et repartit d’où il venait.
George, quant à lui, aimait bien son animal de compagnie, même s’il le trouvait un peu limité parfois.

Voici donc la fin de l’histoire de George. Peut-être qu’il reviendra sous forme d’histoire courte comme celle-ci, enfin, je ne sais pas encore.
En tout cas, si vous avez aimé cette petite nouvelle, je vous invite à lire le début de ma nouvelle publiée chez Booxmaker : lien.
Elle est disponible pour la modique somme de 0.99 centimes un peu partout.
A bientôt pour de nouvelles aventures !

Publication : Un jour à Liévi

novembre 23, 2012 1 commentaire

Bonjour à tous !

C’est avec joie que je vous informe que ma nouvelle est enfin disponible à l’achat !

Voici le quatrième de couverture :
« Un vaisseau-monde, perdu dans l’immensité du cosmos. Construit pour désengorger la Terre soumise à la surpopulation. Il navigue en cherchant une planète habitable, au gré du hasard.
Bien que structuré et gouverné, un meurtre va y être commis.
Lilou, vingt ans, vit dans cette communauté de l’errance. Touchée de plein fouet par cet acte abject, elle va apprendre à ses dépens qu’il n’existe de repos que dans l’accomplissement de la vengeance.
Et que sur cette planète de fer et de rouille comme dans l’Ancien Monde, il ne règne qu’une seule règle: la noirceur de l’âme humaine n’a pas de limite. »

Si vous désirez l’acquérir, je vous redirige sur le site de mon éditeur : http://www.booxmaker.fr/nos-auteurs/tom-kh%C3%A9fif/un-jour-%C3%A0-li%C3%A9vi/
Elle est sans DRM, afin que vous, lecteurs, puissiez avoir le confort maximum dans l’utilisation de votre bien.
Pour l’instant, seul le site « librairie immatériel » est disponible pour l’achat, mais les autres comme Amazon ou la Fnac suivront bientôt.

EDIT : Ma nouvelles est enfin disponible sur deux autres sites, celui d’Amazon et celui d’iBookStore dont voici les liens :

Pour les personnes possédant un Kindle ou un Ipad.
Fin EDIT.

EDIT2 : Finalement, la Fnac a enfin accepté de mettre en vente les livres de mon éditeur, ma nouvelle est donc de la partie :

Pour les personnes possédant un Kobo ;).

Cependant, je me dois de vous prévenir. Acheter ma nouvelle sur l’un des trois sites que je viens de mentionner ne vous en donne pas la propriété d’en user comme le voulez. Pour cela, vous devez plutôt l’acheter sur immateriel.fr, car sur ce dernier, il n’y a pas de DRM. Maintenant, vous êtes prévenus !

Fin EDIT.

J’en profite pour préciser aux personnes qui ne le savent pas, cette nouvelle est vendue en format Epub, qui est un format spécial pour tablettes. Je vous rassure tout de suite, vous pouvez aussi la lire sur tous les autres supports, mais pour cela il vous faudra utiliser un logiciel spécifique comme lorsque vous lisez des PDF par exemple.

Voici un lien pour télécharger le logiciel d’adobe qui permet de lire les Epub, c’est celui que j’utilise personnellement : http://www.01net.com/telecharger/windows/Loisirs/livre_electronique/fiches/109282.html
Mais si vous désirez lire sur une tablette ou tout autre support avec android, je vous conseille davantage le logiciel Moon+ reader, qui est gratuit lui aussi, trouvable ici : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.flyersoft.moonreader&hl=fr

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous souhaitez bonne lecture, et surtout n’hésitez pas à venir donner vos avis sur ma nouvelle, ici dans les commentaires. Attention, pas de spoil s’il vous plait ;).

Vacances et publication

octobre 26, 2012 Laisser un commentaire

Bonjour,

J’écris rapidement cet article pour vous informer que je pars en vacances pendant quelques jours, donc je serai moins présent sur mon site.
Mais passons, que je vous annonce la bonne nouvelle.
Ma nouvelle « Un jour à Liévi » à été retenue par le comité de lecture de Booxmaker (un jeune éditeur numérique : http://www.booxmaker.fr/), elle va être prochainement publiée chez eux.
Pour l’instant nous en sommes au stade de la correction et de la création de couverture.
Vous pourrez la télécharger au format ePub lorsqu’elle sortira.

Je vous souhaite à tous d’excellentes vacances et à bientôt !

Catégories :Publication Étiquettes : , , ,