Archive

Posts Tagged ‘Thérapie’

Le Briseur d’âme de Sebastian Fitzek

septembre 15, 2013 Laisser un commentaire

Bonsoir à tous,

Je vais vous parler maintenant de mon dernier coup de cœur, un bouquin écrit par le romancier Sebastian Fitzek, un maître du thriller et de la mise en place d’intrigues originales.
J’ai été bluffé par son écriture qui est fluide à nous faire oublier qu’on est en train de lire, par ses personnages tous plus vivants les uns que les autres, mais aussi par la manière dont c’est raconté et comment c’est si bien pensé de A à Z…

C’est aussi simple que ça, ce livre est un chef-d’oeuvre, pas une seule fois je n’ai découvert d’éléments de l’intrigue avant de les lire, et j’ai été scotché au bouquin jusqu’à la fin qui clot magistralement ce sublime roman.

Malheureusement, je n’ai pas grand-chose à dire de plus, si ce n’est que de livre en livre cet auteur devient pour moi un incontournable dans le monde des écrivains de thriller et que passer à côté serait une bien belle erreur.
Peut-être le livre a-t-il des défauts, mais là n’est pas la question, car j’ai passé un tellement bon moment, ressenti tellement d’émotions qu’il m’est impossible de les voir, ces fameux défauts, même si j’imagine qu’ils me viendront par la suite.

C’est pour cela que je rédige cette critique environ dix minutes après avoir terminé ce livre, car malgré mes choix drastiques en terme de lectures, rares sont les auteurs à me mettre autant sens dessus dessous. Et à y réussir deux fois en plus, car j’avais déjà chroniqué un de ses livres : Thérapie qui m’avait scotché, mais pas autant que cette fois-ci quand même.
Si je vous parle de Thérapie, c’est pour que vous lisiez ma chronique si ce n’est pas déjà fait vil visiteur, gare à vous ! Mais aussi car quelques références à ce premier livre se trouvent dans Le Briseur d’âmes. De cette manière, vous saurez que si vous désirez les lire, c’est mieux de commencer par Thérapie, comme il est toujours mieux de lire les romans d’un auteur dans l’ordre où il les a écrits de toute manière.

Bon bah, ma chronique est terminée et elle s’est écrite toute seule en plus !

10/10

À lire absolument !

Publicités

Thérapie de Sebastian Fitzek

décembre 5, 2012 5 commentaires

Bonsoir à tous en cette heure tardive. Et oui, car au moment où j’écris cet article, il est presque une heure du matin… C’est vous dire à quel point le livre que je viens de lire m’a gardé comme otage jusqu’à la fin.

Comme je vous l’ai dit plus haut, il m’a été impossible de me détacher de Thérapie écrit par Sebastian Fitzek que j’ai commencé vers 21 heures. C’est simple, c’est le premier roman que je lis d’une traite depuis au moins 4 ans…

Je ne m’attarderai pas sur un résumé, je vous laisse juger du quatrième de couverture : « Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît.Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie : les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux.Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette souffrant d’un mal étrange, qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel : connaître la suite de son histoire. »

Pour une fois il n’en dit pas trop, ce qui est rare de nos jours…

Malgré tout, je suis mitigé. L’auteur que je suis jugera que garder un lecteur qui doit se lever tôt le lendemain (comme c’est mon cas), accroché à son roman jusqu’à la fin, relève du miracle, seuls les plus grands y arrivent. Mais en mettant en place une conclusion comme celle-ci, il s’attire immanquablement les foudres de lecteurs déçus.

Effectivement, avec un chef d’oeuvre de suspense tel que celui-ci, on s’attend à une fin monumentale (en gros il est victime de son succès). Ce qui n’est malheureusement pas le cas ici, principalement à cause de l’écriture qui peut être jugée brouillonne durant les vingt, trente dernières pages, enfin, en tout cas largement moins fluide qu’auparavant dans le roman. En tant qu’écrivain, je sais reconnaître une fin qui aurait pu être mieux tournée (enfin chez les autres en tout cas…), et c’est le cas ici.

Mais cela ne doit pas vous empêcher de lire ce thriller, qui est, dès aujourd’hui, classé dans ma catégorie coups de coeur.
Je ne vais donc pas vous en dire plus et je vous somme de l’acheter, car la maîtrise d’écriture dont a fait preuve l’auteur m’a tout simplement bluffé !

8.5/10